Aller au contenu

Samue | Vêtement japonais confortable

Caractéristiques

Le Samue (prononcé Samué en français) est un vêtement japonais ample qui est conçu pour être confortable mais également facile à porter. Il est composé de deux pièces : un pantalon ample et une veste croisée avec des manches larges.

Les manches larges permettent une grande liberté de mouvement, tandis que le pantalon possède une taille élastique ou une ceinture à nouer pour un ajustement parfait. Le Samue est souvent fabriqué à partir de coton ou de lin, qui sont des matériaux naturels et respirants.


L’uniforme traditionnel des moines bouddhistes japonais

Le Samue était à l’origine un vêtement de travail pour les moines bouddhistes qui vivaient dans les temples du Japon. Les moines utilisaient ce vêtement lorsqu’ils effectuaient des tâches ménagères ou agricoles, comme le nettoyage du temple, la cuisine ou bien les travaux de jardinage.

Cet ensemble en coton était donc pratique car il était facile à enfiler et à enlever, et il était suffisamment ample pour permettre une grande liberté de mouvement.


Traditionnellement, il se présente par sobriété dans des couleurs sombres et sans aucun motifs. Le bleu foncé, le marine, le gris foncé ou le noir, reflètent la modestie et la simplicité des moines bouddhistes. C’est un vêtement qui se doit avant tout simple et fonctionnel.

Le nom “Samue” vient du mot japonais “samu”, qui signifie “travail/ travaux/ tâches à réaliser”. Il s’agit ici du “travail réalisé au Temple”. Le mot Samu détermine donc à lui seul toutes les tâches qui sont réalisées dans un temple. Que se soit le jardinage, l’entretien du temple ou les travaux ménagers.

Bien que ce dernier soit toujours associé aux moines bouddhistes, il est devenu très populaire au Japon.
De nos jours, ce vêtement est porté par des gens de toutes les classes sociales et pour bien d’autres occasions que de simples tâches ménagères ou d’entretiens.


Dessin technique

  • Veste droite de conception Jinbei et fendue sur les côtés (Lire notre article sur la conception du Jinbei …)
  • Taille, poignets de manches et des chevilles élastiqués
  • Encolure haute de type Kimono
  • Aisance au niveau des fessiers, du dos et des manches



C’est aussi l’uniforme dans le monde du travail

Le Samue est par ailleurs le symbole de l’engagement envers le travail. Son style inspire divers types d’uniformes de travail, en particulier pour le personnel travaillant dans les restaurants japonais à caractère traditionnel et les bars (Izakaya).

C’est également une tenue de travail dans les industries créatives et artistiques. Il est également de plus en plus populaire comme tenue de méditation ou de yoga en raison de sa légèreté et de sa respirabilité.

Ce vêtement traditionnel est de toute évidence, une tenue de travail pratique, confortable et durable qui représente une alternative intéressante aux uniformes de travail japonais plus conventionnels.


Le Samue moderne : Également porté dans la vie de tous les jours

Le Samue moderne a subi quelques modifications par rapport à sa version traditionnelle. Bien qu’il conserve son style caractéristique avec un pantalon large et une veste croisée, certaines versions modernes peuvent avoir des coupes un peu différentes pour s’adapter aux goûts et aux besoins des utilisateurs.

Par conséquent, les vêtements de style Samue sont maintenant accessibles pour toutes les tranches d’âges, y compris pour les jeunes enfants.

En termes de couleurs et de motifs, le Samue moderne peut également être plus contemporain, uni ou avoir des motifs, des couleurs plus vives et plus variées pour s’adapter aux goûts personnels de chacun.

Certaines versions modernes peuvent avoir aussi des coupes plus ajustées pour s’adapter aux modes.

La veste peut aussi être portée ouverte et revisitée avec l’ajout d’une patte de boutonnage comme le présente très bien la photo ci-dessous à droite dans un style Coréen.


Les tissus à choisir en conséquence

Le tissu traditionnellement utilisé est un lin appelé “Jofu” (Jôfu).
Cependant, grâce à la modernité il peut être fabriqué à partir de tissus différents du Jôfu comme le coton léger, le lin actuel, ou bien le polyester ou même des matières synthétiques plus spécifiques et résistantes.
La toile de Jeans (le Dénim intemporel) également appréciée des 20/30 ans, Le Dungaree, etc.


Mot d’ordre pour ce vêtement japonais: La sobriété

Considéré comme un vêtement de loisir et décontracté au Japon, il se doit malgré tout de conserver son inspiration originelle.

Ainsi, les tissus comportant des motifs traditionnelles japonais, se veulent sans aucunes dorures ni de motifs démesurés.

En revanche, si l’on souhaite ajouter une touche de “peps” à ce vêtement de tradition, on optera pour un style bicolore avec la partie avant gauche de la veste pour seule motif.

Il est possible également d’opter pour un emplacement de discrétion comme par exemple une doublure intérieure plus audacieuse au niveau de l’encolure mais aussi du passepoil au niveau du col et des poches.

Tissu en coton ou bien en Lin de préférence

Notamment le précieux tissu Jôfu

Le Jôfu est un tissu traditionnel japonais fabriqué à partir de fibres de chanvre, de cannabis ou de ramie, qui sont ensuite trempées dans de l’eau de cendres et teintes avec des pigments naturels.
C’est un linge fin de très haute qualité également filé à la main.

Le tissage de Jôfu est par conséquent considéré comme une technique artisanale hautement spécialisée, qui a été transmise de génération en génération dans certaines régions du Japon. Le tissu fini est léger, durable et respirant, ce qui en fait un choix parfait pour les vêtements d’été japonais dont les kimonos.

Bien que le tissu Jôfu soit luxueux et souvent associé au Kimono, il est également utilisé dans d’autres vêtements traditionnels japonais tels que le Jinbei, le Yukata, le Happi etc.

Mais aussi des tissus plus polyvalents

Afin de correspondre au style du “Samue moderne” et rester dans un budget raisonnable, un tissu en coton, en Lin ou un mélange des deux sera à privilégié.

Pour les textiles fins, optez plutôt pour de la Batiste ou de la Popeline.
Pour ceux qui sont plus épais, un tissu avec une armure tissage de type Dobby sera également parfait.


Coudre soi-même un Samue

La conception de ce vêtement japonais est simple et accessible aux débutant(e)s en couture ayant acquis les bases d’assemblage aux points droits et du Surjet.

Tout comme pour le Jinbei, les points de difficulté se trouvent à la jonction des différentes pièces au niveau des aisselles et lors de la surpiqure du col lorsque ce dernier doit être rabattu et cousu sur l’embu.

Pour vous aidez, nous disposons en boutique de quelques patrons de couture simple permettant la confection d’un Samue pour petits et grands.